Prochain concert

SONIC DEATH 2 : Peine Perdue + East + The Cesarians + Soviet Soviet + Rank + Dark 80'S les 10, 13 et 14/05/14

SONIC DEATH 2 (évènement n°1000 du Sonic)

un mini festival POST-PUNK / COLD WAVE/ SYNTH-WAVE



Au programme :

Samedi 10 mai : PEINE PERDUE + EAST + DARK 80'S PARTY

Mardi 13 mai THE CESARIANS

Mercredi 14 mai : SOVIET SOVIET + RANK


Samedi : 6 euros
Mardi : 6 euros
Mercredi : 8 euros
Pass 3 soirs : 15 euros
Les Préventes ici :
https://fr.yesgolive.com/sonic-lyon

Ouverture des portes : Samedi : 21h00 fin 04h00
Mardi et Mercredi : 21h00 fin 01h00
fin des concerts : autour de minuit






PEINE PERDUE (Berlin/Paris/ Cold Wave)

https://www.facebook.com/PeinePerdue?fref=ts
https://soundcloud.com/peineperdue
http://peineperdue.bandcamp.com/

Peine Perdue naît de la rencontre de Stephane Argillet, artiste et musicien installé à Berlin (La Chatte, France Fiction) et de Coco Gallo. La pop synthétique, délicate et sensuelle d'Amour Paresse (http://tinyurl.com/lt6eu3l), retient l’attention de la nouvelle scène minimal wave et les conduit à une première série de concerts. Après une cassette sur Vocoder Tapes et un mini LP ("Adieu Staccato"), ils sortent No Souvenir (Cold Beats Records)


EAST (Lyon / New Wave / Shoeagaze)

http://east.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/EastOfficial?fref=ts

Trio Lyonnais formé en 2012, mélangeant adroitement les mélodies accrocheuses, les sonorités dangereusement addictives et les influences sombres de la cold wave, du shoegaze et de Sonic Youth..


THE CESARIANS (London / Cabaret / Post-Punk)

https://soundcloud.com/the-cesarians

"Piano cristallin, violonades coulantes, instruments à vent rutilants et chauds, chant à la limite du maniérisme – ce maniérisme à l’anglaise – et chœurs féminins discrets : ainsi commence I’m With God, nouvel EP de The Cesarians. Ce morceau titre, placé donc en tout début du disque, est un véritable enchantement, une petite prouesse mélodique, un modèle presque idéal de « murder ballad », un état de grâce. On a dans le passé inclus The Cesarians dans la rubrique post Bad Seeds (au moins ce que les mauvaises graines ont fait pousser comme gazon à partir du milieu des années 90 et avant le naufrage des années 2000) en prenant bien soin d’ajouter que le groupe manipulait l’excentricité cabaret avec savoir-faire et distinction. Il y a de ça… On a aussi évoqué quelques relents gothiques à propos du groupe mais soyons sérieux : le seul élément « gothique » que l’on peut trouver dans The Cesarians s’appelle Justine Armatage (piano, etc) puisque elle a auparavant joué dans une énième mouture de Christian Death – depuis elle va beaucoup mieux. The Cesarians échappent ainsi facilement à toute tentative de mise en boite : cela ne les rend que plus attachants et passionnants encore.
Ce qui vous scotche littéralement sur I’m With God ce sont ces arrangements de cordes et de cuivres, luxuriants mais pas trop, appuyés mais raisonnablement, colorés mais pas saturés, lumineux mais pas aveuglants. Des arrangements, puisqu’on a déjà parlé ici de distinction britannique, qui renvoient immanquablement à ce que les Beatles ont commencé à découvrir petit à petit entre 1966 et 1967 sur des titres aussi fins et élégants que Eleonor Rigby, For No One, Fixing A Hole, She’s Leaving Home ou Martha My Dear. I’m With God est indéniablement un titre pop mais là où d’autres – prétendants comiques d’ascendance divine par exemple – n’ont gardé que le clinquant et les effets de manches du grand héritage liverpuldiens, The Cesarians lui donnent une réelle profondeur, une âpreté claire-obscure et un vrai lyrisme, pas très éloigné d’un Scott Walker. Question émotion et finesse, seules les balades des deux premiers albums des Tindersticks peuvent prétendre rivaliser avec I’m With God." Hazam Modoff


SOVIET SOVIET (Italie / Post Punk)

https://www.facebook.com/sovietsovietband
http://sovietsoviet.bandcamp.com/


"Post-punk leaning trio Soviet Soviet were born in 2008 on the Adriatic coast of Pesaro, Italy by Alessandro Costantini (vocalist/guitarist), Andrea Giometti (lead vocalist/bassist) and Alessandro Ferri (drums). In 2009, they gained notoriety with a handful of self-released singles and incessant touring. The trio followed up with the Summer, Jesus EP in 2011, growing their reputation for immediate and tightly wound live performances. For the past year, the trio have converted that immediacy from the stage into a proper studio, honing and fine-tuning the production on their debut album, Fate. Felte will release the album November 11th worldwide. Fate continues the path of past releases, but with a tighter ferocity and sense of confidence in their unique sound within the post-punk genre. The guitar has more bite, the bass glows with a deeper tone and the drums are as steady and punchy as ever. Standout single "1990" is a great example of to-the-point, sharp guitar riffs and heavy, propelling bass. The rhythms immediately gets stuck in your head while Andrea's vocals oftentimes channel Gary Numan but sped up with an Italian, icelike accent. "No Lesson" is driven by compact drums, never missing a beat while bass and guitar lines intertwine with frenetic energy. The track includes a rare introspective moment in the middle of the track, sharing a newfound step in the band's songwriting not recently heard, before exploding back into ferocity. While post-punk is the easy descriptor, Soviet Soviet's lens of the genre is much wider, grabbing from coldwave, art punk and more, figuring out a way to make something fresh."

RANK (Lyon / Post Punk)

http://rank.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/pages/RANK/232444463546420?fref=ts

RANK, quatre lettres pour un trio lyonnais qui brasse dans un même élan la power-pop et le post-punk de la charnière 70′s-80′s, le lyrisme désabusé de The Smiths (le nom est une référence sans équivoque à l’unique album live des mancuniens), et un certain goût pour la torsion -voire la distorsion- mélodique qui évoquerait tour à tour The Fall et WIRE.

1 commentaire:

  1. thank you Piano cristallin, violonades coulantes, instruments à vent rutilants et chauds, Redtube chant à la limite du maniérisme – ce maniérisme à l’anglaise – et chœurs féminins discrets : ainsi commence I’m With God, nouvel EP de The Cesarians. Ce morceau titre, placé donc en tout début du disque, est un véritable enchantement, une petite prouesse mélodique, un modèle presque idéal de « murder ballad », un état de grâce. On a dans le passé inclus The Cesarians dans la rubrique post Bad Seeds (au moins ce que les mauvaises graines ont fait pousser comme gazon à partir du milieu des années 90 et avant le naufrage AnaL Porno des années 2000) en prenant bien soin d’ajouter que le groupe manipulait l’excentricité cabaret avec savoir-faire et distinction. Il y a de ça…Youjizz On a aussi évoqué quelques relents gothiques à propos du groupe mais Gay Porno soyons

    RépondreSupprimer